Beaux échos de cette année particulière…

« Particulière » voilà le mot poli, un peu pudique, que l’on retiendra pour parler de cette année qui a jeté brutalement au tapis une quantité de beaux projets. 

Néanmoins, si l’on en croit l’idée que « le manque creuse le désir », on peut affiner notre regard et voir que le Covid n’aura finalement pas tout emporté sur son passage, que la créativité des profs, des élèves et des directions n’a rien perdu de sa vigueur en cette année « particulièrement inédite » !

Avec l’artiste « Grégoire »

A Habay-la-Neuve d’abord, à l’institut St Benoît, une de nos amies et collègue de religion, Hélène aura emboîté le pas à la créativité de Grégoire artiste « confiné ». Regardez plutôt ce reportage génial qui aura transformé ses élèves de troisième secondaire, en apprentis paroliers du chanteur…

#BridgesNoWalls

Plus près de chez nous, à Uccle, le projet #BridgesNoWalls aura vu une dizaine de témoins visiter 25 classes de l’Institut Notre-Dame des Champs pour leur raconter la joie du Pardon. Le projet était fou car comment parler de la réconciliation dans un monde qui érige plus de murs qu’il ne construit de ponts ?

Et pourtant chaque témoin invité aura été plus que crédible : une infirmière en soins palliatifs, une grand-mère au passé douloureux, une maman qui devait pardonner à « la vie », un prêtre qui reçoit des confessions, un prof veuf à la retraite, une chanteuse africaine pleine de joie malgré l’offense de la prison, et d’autres témoins extra-ordinaires …

La pastorale des jeunes de Bruxelles et la communauté de la Viale Europe nous auront aussi beaucoup aidé à appeler ces témoins à sortir de l’ombre et à permettre aux jeunes de déployer leurs ailes grâce à cette joie de la libération intérieure.

Car c’est bien de cela dont il a été question : pendant le temps de midi, après la rencontre des témoins et/ou d’un prêtre, les jeunes étaient invités à faire leur « origami ». Et ceux-ci, mis bout-à-bout, ont donné à l’école un goût d’envol déjà un peu « post pandémique » si l’on considère que garder en soi une rogne, petite ou grande, est une sorte de virus intérieur plus destructeur parfois que celui qu’on connaît… Bridges ! No Walls…

Pour faire une activité sur ce thème dans votre école :

Alexandra Boux

Et du côté de chez vous, que s’est-il passé de beau en cette année « particulière » ?

Envoyez-nous vos échos, on aura la joie de les offrir en partage !

pastosecondairebxbw@segec.be